En réponse à sa communiqué; La CMA invite la minusma à plus de clarté dans ses futurs communiqués et à désigner les contrevenants par leurs noms

Coordination des Mouvements de l'Azawad (CMA)

 COMMUNIQUÉ N°27/07/2015/CMA

 En réponse au communiqué de la MINUSMA du 30 Juillet 2015 intitulé "La MINUSMA dénonce des violations du cessez-le-feu et des droits de l’Homme."

 La CMA informe la communauté internationale particulièrement la Médiation Internationale que les violations dont il est question dans le communiqué MINUSMA en date du 30 Juillet 2015 sont l'œuvre de l'armée malienne et de ses milices affiliées.

 La CMA rappelle que les attaques ,les assassinats et autres maltraitances des populations civiles dans la zone de Tin Fadimata, Ghazraghane, Indelliman (Région de Menaka) ont été perpétrés par des éléments du Groupe de la "Plateforme" appuyés par l'armée malienne.

La communauté internationale a été informée de ces activités dont certaines ont été vérifiées par la Division Droits de l'Homme de la MINUSMA, les EMOV et d'autres sont restées sans suite.

La CMA note également qu'aucune condamnation  par les garants politiques de l'accord n' a été faite.

 Ensuite dans la matinée du 24 Juillet 2015,une patrouille de l'armée malienne partie de Tombouctou s'est attaquée au village de Farach détruisant des habitations, torturant des populations civiles innocentes, tuant un jeune et en blessant un autre.

 La CMA dans son communiqué N°26/7/2015/ du 26 juillet 2015 à demandé de dépêcher une équipe de vérification et d'enquête pour établir la vérité et mettre fin à ces comportements qui ne sont pas de nature à favoriser le renforcement des mesures de confiance.

Le 27 juillet 2015 une autre patrouille de l'armée malienne partie de Lere cette fois ci s'est attaquée à un poste avancé de la CMA près de notre base de Foyta. Nos éléments ayant reçu des consignes pour préserver la paix n'ont fait que riposter et se sont abstenus d'user de leur droit de poursuite.

La CMA rappelle que des actions de ce genre sont contreproductives et invite tous les acteurs à prendre leurs responsabilité pour le respect strict de l "Accord pour la Paix et la réconciliation au Mali".

La coordination des mouvements de l´azawad (CMA) constate avec stupéfaction et surprise le caractère léger et ambigu du communiqué de la Minusma en date du 30 Juillet 2015, faisant état de la violation par les groupes signataires du cessez le feu, sans en avoir le courage d´indexer les véritables coupables que sont l'armée malienne et le Groupe de la "Plateforme".

 La CMA invite la minusma à plus de clarté dans ses futurs communiqués et à désigner les contrevenants par leurs noms.

 La Coordination des Mouvements de l'Azawad (CMA) , quant à elle reste disponible pour toute action facilitant une meilleure lecture des faits survenus depuis la signature du 20 juin 2015 et reste confiante dans la volonté des uns et des autres pour l'instauration d'une paix véritable et invite chacun a prendre ses responsabilités et à œuvrer pour la stricte application des engagements pris.

Lire la suite...

Tortures et Exécutions sommaires des civils par la milice pro-gouvernementale à Talatayt et Indeliman (Ansongo) et par l’armée malienne à Farach (Goundam)

Coordination des Mouvements de l’Azawad (CMA)

COMMUNIQUE N°25-CMA-7-2015- CMA

La Coordination des Mouvements de l’Azawad porte à la connaissance de l’opinion publique nationale et internationale que depuis l’accord d’Alger 5 sur l’arrangement sécuritaire autour de Menaka, la milice pro-gouvernementale s’adonne à des exécutions sommaires sur les populations civiles pour raison de leurs appartenances ethniques.

Après des tortures et des exécutions sur des civiles dans la localité de Ghazaraghane, c’est au tour de Indeliman et Talatayt que la milice se donne à son activité favorite. Nous rappelons que 13 personnes furent kidnappées dans la zone de Talatayt et exécutées.

Après cet acte, la coalition terroriste s’était dirigée sur le village d’Indeliman au jour du marche du 20 juillet, en procédant à l’arrestation arbitraire des civils. Ainsi les jeunes militants de la CMA se sont vite organiser pour une riposte à cette pratique en tendant une embuscade à la coalition terroriste et affiliés faisant 07 morts et 15 blessés ayant succombés à leurs blessures à l’hôpital de Gao. Nous déplorons  deux (02) morts côté CMA. Au deuxième assaut la coalition milice terroriste  s’empara du village faisant 03 morts dont une femme et 05 miliciens tués.  Depuis la coalition milice terroristes s’est donnée aux pillages et tortures de la population locale, en saccageant les domiciles et les commerces, brulant ce qu’elle n’a pu emporter des biens des autochtones et faisant fuir la population, abandonnant leurs demeures.

A Farach (Goundam), nous déplorons les actes barbares de tortues contres les civils par l’armée Malienne.

Depuis le début du processus de négociations, les violations du cessez le feu par la coalition terroristes des milices et alliés sont flagrantes et récurrentes sans que cela ne soit dénoncé ou suffisamment souligner par la communauté internationale et la Minusma, pourtant, si prompt à faire pression tous azimuts sur la CMA, sachant bien que tous ses mouvements de troupes partent de villes occupées par la MINUSMA.

En lançant ces attaques, et pratiques d’exécutions sommaires, la partie malienne se rend responsable d’une grave violation des accords de cessez-le-feu du 23 mai 2014 signé à Kidal,ainsi que la déclaration de cessation des hostilités du 24 juillet 2014 d’Alger, réaffirmée le 19 février 2015.

Le gouvernement du Mali supportant cette milice et affiliés terroristes, ainsi que la MINUSMA, responsable de faire respecter les clauses des engagements, porteront l’entière responsabilité des conséquences de telles attaques, qui ne feront que conduire à une guerre civile. La CMA ne peut se résoudre à subir indéfiniment les attaques et les agressions dictées par Bamako sans réagir. Cette position n’altère en rien l’attachement de la CMA à la recherche de la paix.

La CMA prend à témoin la Médiation et la communauté internationale, et les appelle instamment à condamner de tels agissements et à prendre leur responsabilité.

Lire la suite...

La CMA dénonce l'arrestation du Mahamadou Djeri Maiga à l'aéroport d'Abidjan

Mohamed-Djeri-Maiga-MNLACoordination des Mouvements de l’Azawad (CMA)

COMMUNIQUE N°24-CMA-6-2015- CMA

La Coordination des Mouvements de l’Azawad (CMA) exprime sa consternation après l’arrestation ce jeudi 16 juillet 2015 à l’aéroport international Houphouët BOIGNY  d’Abidjan par INTERPOL du camarade Mahamadou DJERI MAIGA, vice président du Mouvement National de Libération de l’Azawad (MNLA), membre du comité de suivi de l’accord d’Alger. Le camarade Djeri MAIGA a été arrêté, pendant qu’il revenait d’une réunion du comité de suivi de l’Accord d’Alger (CSA) qui a eu lieu à Bamako, en exécution d’un mandat d’arrêt malien qui a été levé depuis le 15 juin 2015. Cette mainlevée est sensée parvenir à toutes les antennes d’INTERPOL.

La CMA dénonce le manque de sérieux et de volonté réelle du gouvernement du Mali à prendre les mesures nécessaires pour le respect de ses engagements.

Aussi, la CMA déplore le mépris et le traitement humiliant donc a été victime le camarade Djeri MAIGA à Abidjan, capitale d’une grande puissance de la CEDEAO, médiateur dans la crise entre l’Azawad et le Mali.

Nous invitons la médiation internationale et le gouvernement du Mali à beaucoup plus de vigilance et de sens de responsabilité pour le respect des mesures de confiances, des arrangements sécuritaires et de tout engagement de nature à éviter toute désinvolture et à faciliter la mise en œuvre de l’accord de paix.

Lire la suite...

La CMA ne tolère plus être la victimes de respect unilatéral d'engagements qu'elle est la seule à respecter.

Coordination des Mouvements de l’Azawad – CMA

Communiqué N°23-CMA-6-2015- CMA

 La Coordination des Mouvements de l’Azawad – CMA – tient à rappeler que depuis le 20 juin 2015 suite à la signature  de "l’accord pour la paix et la réconciliation au Mali "  signé avec le gouvernement malien sous l'égide et la garantie de la communauté internationale (Médiation Internationale, France, USA,...) elle continue à remplir ses obligations et respecter toutes les clauses à sa charge dans le seul espoir de voir la sécurité et la paix réalisées dans l’Azawad, au Mali et dans la sous-région.

Elle  maintien un niveau appréciable de coopération avec la Minusma, et Barkhane, les organisations humanitaires sur le terrain, et les différentes missions internationales.

Elle a accepté et respecté les clauses du document dit " Arrangements Sécuritaires pour une cessation des hostilités" signé par les parties à Alger le 05 Juin 2015.

La CMA s’est abstenue depuis la signature de ces arrangements sécuritaires de répondre à toutes les agressions et provocations des milices contre plusieurs de ses positions et aux attaques et agressions répétées  contre les populations civiles.

Rappelle que la partie gouvernementale loin d'honorer ses engagements pris dans le cadre des arrangements sécuritaires les a plutôt flagramment violé en déployant son armée dans la ville de Ménaka ou elle patrouille dans la ville et dans ses alentours au moments où les milices qui lui sont affiliées ont progressé de plus de cent ( 100 ) km à l'Ouest de Ménaka. Elles ont plutôt intensifié leurs attaques contre les populations qui leur sont hostiles par des actes d'exécution sommaires, vandalisme, braquages et tortures.

La CMA tout en déplorant que ces agissements incompatibles avec l'esprit de l'accord de paix interviennent au moment où toutes les parties se doivent de redoubler d'efforts pour établir la confiance, informe qu'elle ne tolère plus être la victimes de respect unilatéral d'engagements qu'elle est la seule à respecter.

Les Nations Unies, la médiation internationale, et l'ensemble des pays de la communautés internationale garants de la signature de l'accord du 20 juin 2015 et de l'accord sur les "arrangements sécuritaires" du 05 Juin 2015  d'Alger, sont interpellés afin d'imposer aux forces armées maliennes et aux milices qui leur sont affiliées le retour à leur positions initiales telles que stipulé dans les engagements pris, en attendant le démarrage de la mise en œuvre de l'accord. 

La CMA exige du gouvernement malien qu'il concrétise par les actes sa volonté d'aller à la paix en dépassant les déclarations d'intention et les paroles jamais respectées.

La CMA, ayant donné toutes les preuves de son respect entier de ses engagements, rappelle que la recherche de la paix est incompatible avec les tentatives répétées de la partie gouvernementale de conquérir de nouvelles positions à la faveur de violation répétées de ses engagements! 

Lire la suite...

Communiqué N°22/06/2015/CMA

Coordination des Mouvements de l'Azawad - CMA –

Communiqué N°22/06/2015/CMA

 La Coordination des mouvements de l'Azawad CMA informe l'opinion publique de l'Azawad et particulièrement la communauté internationale que les milices pro - gouvernementales ont procédé à des arrestations arbitraires de personnes  et  au saccage de leur biens dans la localité de "Indelimane" le Mardi 09 Juin 2015 en  flagrante violation des derniers engagements intitulés " Arrangements sécuritaires pour une cessation des hostilités d'Alger du 05 juin 2015".

La CMA rappelle que ces arrangements sécuritaires engagent les parties à mettre en œuvre les modalités de leur application notamment celui du retrait de la localité de Menaka, des éléments armés de la plate-forme et leur retour à leur positions initiales dans un délai de soixante-douze ( 72 ) heures. Ce délai a clairement expiré depuis hier Mardi 09 Juin 2015.

Loin de respecter les engagements exprimés à Alger, les milices pro gouvernementales sont actuellement en train de mener des manœuvres militaires au-delà de la zone de Ménaka avec le lots de violations et de maltraitance que cela comporte en l'encontre des populations qui ne leurs sont pas favorables.

La Coordination des Mouvements de l'Azawad prend à témoin la médiation et l'ensemble de la communauté internationale de la volonté délibérée des milices pro-gouvernementales à faire échouer les efforts consentis pour parvenir à la signature de l'accord de paix prévue le 20 Juin 2015 à Bamako.

Face à cette énième provocation et double langage de la part des milices, la CMA invite le gouvernement du Mali a faire respecter sa part d'engagements et donner toute la chance à l'aboutissement de la signature de l'accord dans les délais prévus par la médiation en accord avec les parties.

Lire la suite...

MNLA sur Twitter

MNLA sur Facebook