l'armée malienne à procédé à l'exécution sommaire et publique de neuf (9) personnes dans la ville de Tinahima.

Coordination des Mouvements de l'Azawad - CMA - 

Communiqué  N° 17-05/ CMA/2015

La coordination de mouvements de l'Azawad informe que dans la matinée du Jeudi 21 Mai 2015 l'armée malienne à procédé à l'exécution sommaire et publique de neuf ( 9  ) personnes dans la ville de Tinahima.

 Les neuf ( 9 ) personnes ont d'abord été arrêtées par la milice GATIA puis remises  aux soldats maliens présents qui les ont ensuite exécutées.

L'exécution publique à été perpétrée au marché à bétail  de la ville et jusqu'à 15 heures en temps universel, les corps sont encore exposés sur la place publique.

Les personnes exécutées sont :

1-    Mossa Ag Mohamedoune enseignant  à la Médersa de Tin Ahima 35 ans;

2-    Ahmad Mohamed Ag Mohamed, éleveur 55 ans, 

3-    Ismaghil Ag Ibrahim 40 ans, éleveur;

4-    Ousmane Ag Taglift ,

5-    Mohamed Ag Mohamed Ibrahim 30 ans, enseignant ,

6-    Zeid Ag Ibrahim 13 ans, élève ;

7-    Almahmoud  Ag Ahmad; commerçant

8-    Ould Ahmad 

9- Almahmoud Ag Ékantal; agent du Programme Alimentaire mondial PAM.  En plus de ces personnes exécutées publiquement, plusieurs autres sont portées disparues.  

La Coordination ses Mouvements de l'Azawad condamne avec fermeté cette exécution sommaire qui viole  tous les droits humains et confirme la stratégie élaborée par Bamako pour commettre un génocide sur les populations de l'Azawad. 

La CMA exige des explications de la  MINUSMA qui prétexte protéger les populations civiles à Menaka en empêchant à  nos troupes de livrer les combats nécessaires pour déloger les hordes de milices et de terroristes qui occupent Menaka depuis le 27 Avril 2015 en violation flagrante du cessez le feu signé le 23 Mai 2014.

La CMA exige que toute la lumière soit établie sur ces atrocités et se pose la question suivante: Le caractère "civil" des populations aurait - il un sens différent selon qu'on soit à Menaka ou à Tin Ahima? 

La Coordination de Mouvements de l'Azawad s'incline  devant la mémoire des victimes, présente les condoléances à leurs familles et informe que ces crimes ne pourront aucunement demeurer impunis.

Lire la suite...

La CMA répond à l’appel du président malien Ibrahim Boubacar Keita par une main tendue et l’invite à des discussions franches et sincère après le paraphe.

Coordination des Mouvements de l’Azawad

Communiqué  N° 16-05/ CMA/2015

La Coordination des Mouvements de l’Azawad qui a suivie avec intérêt les derniers développements du processus, prend acte du déroulement de la cérémonie de la signature  à Bamako de l’accord dit «  accord pour la paix et la réconciliation  au mali » entre la partie gouvernementale et les milices communautaires qui lui sont favorables, et rappelle que cette signature ne saurait l’engager avant  l’aboutissement des discussions prévues après son paraphe.

La CMA souscrit favorablement aux appels du secrétaire général de l’ONU à travers la déclaration sur le Mali attribuable à son porte parole en date du 15 Mai 2015, du sous secrétaire General des Nations Unies chargé des opérations de maintien de la paix, du  représentant spécial de l’Union Européenne pour le sahel, du représentant spécial de l’Organisation de la Coopération Islamique, et à tous les appels invitant à la poursuite des discussions.

 La CMA réaffirme sa disponibilité à respecter les closes de :

-      - le Cessez le feu du 23 Mai 2014

-    - La déclaration de cessation des hostilités du 24 Juillet 2014 réaffirmée le 19 Février 2015

De même qu’elle accueil favorablement l’appel du président malien Ibrahim Boubacar Keita et lui répond par une main tendue l’invitant à des discussions franches et sincère après le paraphe.

La CMA a remarqué avec étonnement l’apposition de nouvelles signatures d’individus ou de groupes qui n’ont jamais été ni habilités encore moins reconnus dans le processus et interpelle la médiation pour qu’elle veille à cette étape particulièrement décisive du processus à ce que de tels agissements ne torpillent les efforts de la communauté internationale et n’empiètent sur son cours normal.

Fideles à tous nos engagements antérieurs, nous réaffirmons notre disponibilité pleine et entière à poursuivre le processus par la voie du dialogue et de la négociation, seule issue pour une solution véritable, juste et équitable au conflit.

Face à la dégradation de la situation sécuritaire sur le terrain et particulièrement à Menaka, la CMA appelle la MINUSMA à assumer toute ses responsabilités en prenant ses distances à l’égard des milices communautaires pro-gouvernementales  en mettant immédiatement un terme à sa cohabitation avec elles dans la ville.

La MINUSMA est invitée à tout mettre en œuvre pour éviter d’éventuels incidents qui pourraient naitre de cette situation.

Lire la suite...

la CMA informe qu'aucun de ses membres n'est présent à la cérémonie de signature à Bamako

Coordination des Mouvements de l'Azawad

Communiqué de Presse N°15-05/CMA/2015

La Coordination des Mouvements de l'Azawad informe l'opinion publique de l'Azawad et l'opinion internationale qu'elle n'est nullement concernée par la signature unilatérale ce Vendredi 15 Mai 2015 à Bamako de  l'accord d'Alger.

Fidèle à  ses principes et à l'orientation politique de ses instances décisionnelles, la CMA  informe qu'aucun de ses membres  n'est présent à cette cérémonie de signature qui ne l'engage aucunement.

Nous demandons à la médiation internationale de faire preuve de toute la vigilance nécessaire pour éviter toute confusion autour de cette signature.

Nous rappelons que l'acte politique, signe de bonne volonté, que nous avons posé le 14 Mai  2015 à Alger en paraphant le document dit " accord pour la paix et la réconciliation au Mali" demeure juridiquement distinct de sa signature.

La CMA n'envisage aucune signature avant l'aboutissement des discussions prévues après le paraphe, pour la prise en compte de ses préoccupations, auxquelles s'est officiellement engagé le gouvernement du Mali et la médiation internationale.

Lire la suite...

DECLARATION JOINTE AU PARAPHE DU DOCUMENT DU 1ER MARS 2015 ISSU DU PROCESSUS D’ALGER

COORDINATION DES  MOUVEMENT  DE  L’AZAWAD

(C.M.A.)

DECLARATION JOINTE  AU PARAPHE  DU DOCUMENT DU 1ER MARS 2015  ISSU  DU PROCESSUS  D’ALGER

Le Conflit opposant les populations de l’AZAWAD au Gouvernement Malien  depuis plus de cinquante (50) ans a attiré l’attention de la Communauté Internationale qui s’y est largement impliquée pour la première fois depuis 2013.

Depuis lors plusieurs démarches ont été effectuées, avec des résultats bien souvent différents. Mais toutes ont abouti à plusieurs constats dont voici les principaux :

1-      Le conflit a révélé  sa complexité ;

2-      Sa nature essentiellement politique ;

3-   Des enjeux non dits ont sans doute déterminé les tenants et les aboutissants du processus enclenché par la médiation internationale

4-    La légitimation  des milices communautaires, a été un obstacle majeur dans le processus.

5-   La  CMA, seul belligérant contre l‘Etat malien, n’a jamais lésiné sur sa bonne volonté et sa bonne foi pour arriver à une solution négociée juste et durable du conflit ;

6-   L’engagement de la Médiation conduite par l’Algérie a contribué  faireavancer le processus ;

7- Le document proposé au paraphe le 1er mars 2015 à Alger est largement en deçà des revendications  des populations de l’AZAWAD et ne répond pas aux contraintes et aux réalités de la crise vécue par l’Azawad ;

8-  A l’intérieur comme  à l’extérieur,  les populations de l’AZAWAD ont massivement  exprimé des réserves de fond, voire leur rejet,du projet d’accord ;

9-  En dépit de toutes ces contraintes, la CMA consent,  dans un esprit d’équité et de bonne foi, de parapher le document compte tenu de certains de ses aspects qui lui paraissent pertinents pour la poursuite du travail avec la médiation internationale et le gouvernement du Mali afin de mener progressivement vers un règlement consensuel du conflit tenant compte des aspirations et des revendications du peuple de l’Azawad ;

10-   Aucun mécanisme de garantie à l’égard des violations du cessez-le-feu n’a été véritablement mis en place tout au long du processus, ce qui renvoie vers la position légitime de la CMA demandant que des assurances lui soient données pour éviter toute nouvelle escalade comme cela été souvent le cas quand les forces maliennes et les milices pro-gouvernementales de Bamako attaquent ses combattants.

Considérant :

 

-         -  que la CMA est partie prenante dans un règlement négocié du conflit l’opposant au gouvernement malien,

-        -  qu’elle reste attachée au processus en cours en vue de parvenir à ce règlement,

-       -  que le document paraphé le 1er mars 2015 à Alger par la partie malienne est largement en deçà des revendications des populations de l’AZAWAD ;

-        -  que toutes ces revendications visent à instaurer un climat général apaisé face à un contexte de plus en plus contraignant,

 

Etant entendu que :

-     - le paraphe de ce document et la signature de l’Accord définitif sont et demeurent des actes juriquement distincts, 

-        -  que le document du 1er mars 2015 ne saurait être pris pour « l’Accord définitif », et que sa mise en œuvre ne saurait commencer avant  un accord consensuel entre parties ,

 Rappelant que les points essentiels soumis à la bienveillante attention de la Médiation, le 17 mars 2015, à Kidal, seront examinés entre les parties en conflit et la Médiation avant toute signature du document final,

Et répondant aux sollicitations des plusieurs états membres de la communauté internationale, pays voisins et amis, la Coordination souscrit, dans une première démarche, au paraphe du Document d’Alger avant la signature définitive, le tout dans un esprit de démontrer toute sa bonne volonté à aller vers la paix.

 La CMA pense que, la signature de l’accord final par la Médiation ne devrait intervenir qu’après la signature définitive et consensuelle des parties dans le but de la renforcer.

La Coordination des Mouvements de l’AZAWAD, à la fois fidèle aux idéaux  de l’AZAWAD et à sa volonté de faire progresser le processus vers une paix pour tous,

Appose ce jour son paraphe sur le document du 1er mars 2015 intitulé «ACCORD  POUR LA  PAIX  ET  LA  RECONCILIATION  AU  MALI  ISSU  DU  PROCESSUS  D’ALGER » .

                                                                                                                                   

Lire la suite...

COMMUNIQUE DE PRESSE RELATIF AU PARAPHE

La Coordination  des  Mouvements  de  l’AZAWAD informe l’opinion publique  nationale  et internationale  de sa décision  de parapher le document  du 1er mars 2015 issu du processus d’Alger pour honorer les engagements antérieurement pris.

 Cette décision  fait aussi suite aux engagements pris par  la Médiation internationale et acceptés par la partie malienne d’engager des discussions sur les demandes et observations de la CMA après le paraphe et avant la signature du document final. Ces discussions porteront également sur les modalités d’application de l’Accord.

  Quant à la date du 15 mai 2015, arrêtée pour la signature proprement dite et fixée sans avoir consulté la CMA, elle n’engage pas celle-ci qui, d’ores et déjà, informe qu’elle ne sera pas présente.

Lire la suite...

MNLA sur Twitter

MNLA sur Facebook