COORDINATION DES MOUVEMENTS DE L’AZAWAD (CMA)

COORDINATION DES MOUVEMENTS DE L’AZAWAD
(CMA)
-----------
COMITE DIRECTEUR
-----------

DECLARATION FINALE DE LA SESSION ORDINAIRE DU COMITE DIRECTEUR DE LA CMA

L’an deux mille dix huit et les 05, 06, 07, 08 juillet ont eu lieu à Kidal les travaux de la session ordinaire du Comité Directeur de la CMA élargi aux Coordinateurs des Bureaux Régionaux, aux Commandants de Zones militaires et les délégués au sein du Comité de Suivi de l’Accord (CSA).
Les points retenus à l’ordre du jour sont:
- La réorganisation et la redynamisation des structures de la CMA,
- L’état de mise en œuvre de l’Accord,
- Les questions sécuritaires et humanitaires dans l’Azawad,
- La question des élections.
A l’issue de ces travaux, la rencontre a noté des insuffisances pour lesquelles elle a fait des recommandations.

Au titre de l’organisation interne de la CMA

La rencontre recommande :
- la relecture de la charte pour l’adapter aux défis du moment ;
- La redynamisation des structures militaires pour répondre aux besoins sécuritaires des populations de l’Azawad.

Au titre de la mise en œuvre de l’Accord

- La CMA salue l’annonce de la mise en place des autorités intérimaires au niveau des cercles et recommande celles des communes en vue de rapprocher les services sociaux de base des populations.
- La CMA exige le respect du principe de trois parties signataires de l’Accord dans les structures dédiées à sa mise en œuvre tout en restant ouverte à la prise en compte de l’inclusivité au niveau local dans la mise en oeuvre opérationnelle de l’Accord.
- La CMA regrette le retard alarmant constaté dans la mise en œuvre de l’Accord et recommande vivement la création d’une structure composée des parties signataires et les garants de l’Accord chargée de sa mise en œuvre,
- La CMA réaffirme son attachement au respect des engagements pris avec les autres parties dans le cadre de la mise en œuvre de l’Accord.

Au titre des questions de Défense et de Sécurité :

La CMA appelle au respect des engagements convenus entre les parties dans le cadre du fonctionnement et du commandement du MOC.
Elle déplore la violation de l’Accord par le déploiement des Forces Armées Maliennes (FAMA) - en dehors des mécanismes de l’Accord - sous le couvert du G5S dans l’Azawad.

La CMA invite le Gouvernement du mali et la Communauté Internationale à s’investir
Afin d’accélérer la mise en place de l’Armée reconstituée pour faire face efficacement aux défis sécuritaires.

Au titre des questions humanitaires et des droits de l’homme

La CMA dénonce et condamne avec la dernière rigueur les exactions et exécutions extra judiciaires perpétrées contre les populations civiles dans les régions de Ménaka, Gao, Tombouctou et Mopti sous le regard des Forces internationales au prétexte de la lutte contre le terrorisme. 
La CMA condamne également l’extrémisme sous toutes ses formes et appelle à la cessation immédiate des exactions et abus ainsi qu’à l’ouverture d’une enquête pour situer les responsabilités et traduire les coupables devant la justice. 
La CMA lance un appel pressant aux organisations humanitaires pour prendre des dispositions urgentes afin de venir en aide aux populations vulnérables de l‘Azawad.

Au titre des élections

La CMA appelle le Gouvernement du mali à traduire en actes concrets les engagements convenus entre les parties à l’Accord pour qu’elle participe à la sécurisation des élections.
La CMA informe les populations de l’Azawad de l’intérieur comme de l’extérieur qu’elle n’a pris aucun engagement politique vis à vis d’un quelconque candidat aux élections présidentielles.

Toutefois, si la CMA devrait donner un mot d’ordre pour un candidat, il sera en faveur de celui qui s’engagerait fermement à la mise en œuvre intégrale et diligente des dispositions de l’Accord.
Enfin, la rencontre salue les efforts inlassables de la médiation internationale en faveur d’une mise en œuvre intégrale de l’Accord et l’exhorte à redoubler d’engagement pour parvenir à une paix juste et durable au profit de toutes les populations.

Kidal le 09 juillet 2018

La Rencontre

COORDINATION DES MOUVEMENTS DE L'AZAWAD CMA

COORDINATION DES MOUVEMENTS DE L'AZAWAD CMA


COMITÉ DIRECTEUR

DÉCLARATION

Le 20 juin 2018 consacre le troisième anniversaire de la signature de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali, issu du processus d’Alger qui, pour rappel, demeure le seul cadre légal liant le Gouvernement Malien à la CMA et dont la mise en œuvre peine à se préciser malgré toutes les concessions.

La CMA constate avec regret qu’à ce jour, les discussions portent encore sur les préliminaires des actions transitoires dont les calendriers d’exécution ne dépassaient pas les 3 mois qui suivent la signature de l’Accord; notamment les Autorités Intérimaires et les MOC.

Mesuré à l’aune de la paix, de la réconciliation nationale, sa mise en œuvre doit être obligatoirement limitée dans le temps, consignée dans un chronogramme sincère et réaliste pour permettre aux populations qui ont tant souffert de bénéficier de ses dividendes.

Grace aux efforts inlassables de la médiation internationale, à l’implication du Conseil de Sécurité de l’ONU et à la bonne foi maintes fois exprimée par la CMA, des avancées ont pu être enregistrées notamment :
-l’installation partielle des autorités intérimaires au niveau des cinq régions de l’Azawad sans transfert ni de compétences ni de ressources,
-l’installation partielle des bataillons du MOC à Gao, Tombouctou et Kidal.

Suite à la 23ème Session du Comité de Suivi de l’Accord (CSA) tenue du15 au 16 janvier 2018, et à l’adoption d’un chronogramme et d’une feuille de route le 22 mars, est née une nouvelle dynamique suscitant beaucoup d'espoir.

Cette dynamique devrait aboutir à un chronogramme consensuel prévoyant: 
- la création de conditions nécessaires tant sur le plan administratif que sécuritaire pour la tenue d’élections présidentielles dans un premier temps.
- Les reformes institutionnelles prévues par l’Accord au plan politique, Développement, Humanitaire ainsi que de Défense et Sécurité dans un deuxième temps.

A cet effet, certaines actions prioritaires ont été identifiées par les parties notamment :

- La Mise en place des autorités intérimaires/collèges transitoires dans les Cercles des Régions de Tombouctou, Gao, Kidal, Taoudenit et Ménaka ;
- le redéploiement des représentants de l’Etat devant participer à l’organisation des élections ; 
- la définition des modalités pratiques pour la participation des combattants des Mouvements Signataires à la sécurisation des élections ;
- la prise en charge des combattants des Mouvements en attendant l’effectivité de l ‘Armée reconstituée; 
- L’opérationnalisation des autorités intérimaires tant au niveau régional que local avec le transfert des ressources et des compétences nécessaires à leur fonctionnement conformément à leur mandat et à l’esprit de l’Accord en vue de répondre aux attentes des populations;

- L’adoption de la loi créant les circonscriptions territoriales des régions de Ménaka et Taoudéni, ainsi que des cercles d’Achibagho et d’Almoustarat.

Malgré les discussions permanentes entre les Parties, qui n’ont abouti qu’à des déclarations de bonnes intentions et des chronogrammes non réalistes, rien ne présage des avancées attendues.

Pour permettre à la CMA de jouer pleinement le rôle qui lui est dévolu pour la bonne tenue des élections, elle engage le Gouvernement à redoubler d’efforts afin de prendre des mesures urgentes pour la concrétisation des activités prévues avant lesdites élections.

Pour la CMA, les élections présidentielles à venir doivent avoir comme objectifs la consolidation d’une paix définitive en vue de redynamiser les institutions conformément à l’esprit et à la lettre de l’accord.

La CMA lance un appel à la Médiation internationale avec l’Algérie comme Chef de file à jouer pleinement son rôle de garant pour une mise en œuvre intégrale de cet Accord qui est par son essence, le cadre idoine à même de rétablir et pérenniser la concorde nationale.

La CMA saisit cette occasion du 20 juin 2018, journée internationale des réfugiés pour réitérer toute sa solidarité aux Azawadiens réfugiés et déplacés.
Elle renouvelle ses remerciements à l’endroit des pays d’accueil ainsi que les Organisations Humanitaires Internationales et les engage à continuer d’apporter leur assistance à ces populations combien vulnérables.

Kidal, le 20 juin 2018

Le Président de la CMA
Bilal AG ACHERIF

COORDINATION DES MOUVEMENTS DE L'AZAWAD (CMA)

COORDINATION DES MOUVEMENTS DE L'AZAWAD (CMA)

COMMUNIQUÉ N°07/2018/CC-CD-CMA.

Depuis un certains temps, la CMA assiste à une recrudescence de violences dans la région de Ménaka touchant très généralement des populations civiles.

Des crimes et des violations systematiques de droits de l'Homme sont presque devenus quotidiens à l'encontre des communautés dans la région.

Le plus récent drame survenu ce 27 Avril 2018 à Wakassa et 24 heures auparavant à Aklaz dans la région de Ménaka contre des civils Dawsahak dans la zone d'Adranboukane près de la frontière avec le Niger, où plusieurs dizaines de personnes furent tuées dont des femmes et de enfants, exige une prise en charge conséquente par toutes les parties en conflit.

Face à ces actes abominables et inhumains, la CMA condamne avec la dernière rigueur ces crimes, exige une enquête rapide pour identifier les auteurs afin qu'ils repondent de leurs actes.

A cet effet, les équipes Mobiles d'Observation et de Vérification (EMOV) des régions de Menaka et Gao sont appelées à jouer leur partition dans cet exercice de clarification sur les probables auteurs des crimes et violations de droits de l'Homme à l'égard des civils.
La CMA présente ses sincères condoléancés aux familles des innocentes victimes ainsi qu'à toutes les populations de l'Azawad.

La CMA en appelle à l'ensemble des Mouvements politico-militaires de l'Azawad présents dans la région, à mettre en synergie leurs efforts afin que des tels actes ne se reproduisent plus et qu'aucun civil ne se sente en insécurité à cause de son appartenance à une quelconque communauté.

En fin la CMA invite les organisations de défense des droits de l' homme et la communauté internationale à s'impliquer de façon urgente pour circonscrire les prémices d'une guerre civile aux conséquences incommensurables.

Kidal, le 28 avril 2018

Porte Parole

Mohamed Ould Mahmoud

COMITÉ DIRECTEUR --Cellule de Communication--

COMITÉ DIRECTEUR
--Cellule de Communication--
COMMUNIQUÉ N°005/2018/ CC-CD-CMA

 

La Coordination des Mouvements de l’Azawad (CMA) se réjouit du ralliement des forces politique, sociale et militaire du Congrès pour la Justice dans l’Azawad (CJA) au profit du Mouvement National pour la Libération de l'Azawad ( MNLA) le samedi 31 Mars 2018.

La CMA salue la décision du chef d’état Major militaire et du premier vice Président du CJA, entérinant la dissolution dudit mouvement.

La CMA accueille à bras ouverts et avec humilité cette décision murement réfléchie. Elle reste ouverte à tous les Azawadiens disposés á jouer un rôle plus actif et plus accru pour le bien être de nos populations.

Cette décision hautement responsable renforcera à coup sûr l´unité et la cohésion sociale des Azawadiens, qui demeurent un souci majeur de la CMA.

Enfin, la CMA saisit cette opportunité pour inviter tous les Azawadiens à faire un combat commun pour la mise en œuvre intégrale et diligente de l´accord.

 

Kidal, le 1er avril 2018

Porte Parole

Ilad AG MOHAMED

La Coordination des Mouvements de l'Azawad(CMA)

La Coordination des Mouvements de l'Azawad(CMA)

Comité Directeur

----cellule de Communication----

Communiqué N°004/2018/CC-CD-CMA

La Coordination des Mouvements de l'Azawad(CMA) informe l'opinion nationale et internationale, que son poste situé près du marché de Talatayte a été la cible d'une attaque armée menée par des hommes de Mossa AG ACHARTMANE ce jour 1er mars 2018 vers 17 heures.

Cette attaque, opérée par plusieurs motocyclistes armés conduits par le nommé Alhader AG AGUIDID , a été repoussée.

Les assaillants ont abandonné sur les lieux le corps de leur chef, des armes, de munitions et des motos.

La CMA condamne cette violence et invite ses instigateurs à privilégier la voie du dialogue pour régler leurs différends au lieu d'exacerber un conflit entre des populations déjà éprouvées par plusieurs années de difficultés.

Enfin, la CMA appelle les organes de l'accord chargés des mesures sécuritaires notamment la CTS et les EMOV à jouer pleinement leurs rôles conformément aux dispositions dudit accord.

Kidal, le 1er mars 2018

Le porte parole

Ilad Ag Mohamed

 

 

MNLA sur Twitter

MNLA sur Facebook