Jeudi, Avril 17, 2014

Mouvement National de Liberation de l'Azawad

Arrestations arbitraires et exactions sur des civils Azawadiens

Mouvement National de Libération de l’Azawad

°°°°°°°°°

MNLA

Unité – Liberté – Justice

Le Mouvement National de Libération de l’Azawad informe le peuple de l’Azawad ; la communauté internationale ; la médiation de la CEDEAO que l’armée malienne a accentué  ces derniers jours Les arrestations arbitraires et tortures sur des citoyens de l’Azawad.

En effet Mossa Ag  Wakli et Mohamed Ag Sidaghmar deux paisibles civils ont été arrêtés à Anefif par l’armée malienne. Idwal Ag Sididi, éleveur de la fraction Anawakitane  a été arreté à Bankoma dans la zone de Tagharoust pendant qu’il vendait ses animaux à la foire hebdomadaire de cette localité. Alousseini Maiga arreté à Banguel Zone de Tagharoust dans son champ et presenté ensuite au journal officiel de la Radio du Mali comme un rebelle du MNLA !

Le gouvernement du Mali démontre chaque jour son incapacité à protéger les populations vivant dans l’Azawad  de memes que les citoyens azwadiens refugiés qui reviennent sur le territoire comme le confirme ce document du ministère malien des affaires sociales et humanitaires fait signé à certains refugiés de retour dont voici un extrait :

« Je conviens, pour moi-même comme pour pour les personnes à ma charge, mes héritiers et mes ayant droit, que si je devais subir des dommages corporels ou si je venais à décéder pendant ou après mon retour volontaire, la responsabilité du ministère du travail, des affaires sociales et humanitaire ou de quelques autres agences du gouvernement du Mali ne pourrait en aucune façon être engagée… »

-       Au moment ou la MINUSMA et la Médiation de la CEDEAO  entament des démarches pour relancer le processus de négociation bloqué par la partie gouvernementale malienne

-       Au moment ou le MNLA continue de privilégier la voie politique négociée pour la  résolution du conflit ;

-       Au moment ou la situation sécuritaire sur l’ensemble du territoire de l’Azawad se détériore chaque jour davantage ;

le gouvernement du Mali ne trouve pas meilleure posture à adopter que celle d’accentuer les arrestations, les tortures et les exactions sur les populations de l’Azawad en violation flagrante de tous les engagements qu’il a pris devant la communauté international, la CEDEAO, les mouvements signataires de l’accord de Ouagadougou.

Le Mouvement National de Libération de l’Azawad condamne vigoureusement ces arrestations et en appelle à la responsabilité des forces en présence sur le territoire de l’azawad notamment les missions Serval et MINUSMA pour qu’elles mettent fin immédiatement à ces arrestations et qu’elles assurent leur devoir de protection des populations sans distinction.

Kidal le 06 Janvier 2014

Mossa Ag Attaher

Chargé de communication

   

Tirs terroriste sur la ville de Kidal

Mouvement National de Libération de l’Azawad

°°°°°°°°°

MNLA

Unité – Liberté – Justice

le MNLA informe que dans la matinée de ce Mercredi 1er Janvier 2014; deux obus ont été tirés par des terroristes non encore identifiés en direction d'un camp millitaire du MNLA dans la partie Nord de la ville de Kidal.

Aucun dégât ni perte humaine n'est à déplorer.

Le MNLA condamne cet acte terroriste qui a pour seul but de semer la terreur; informe la population de l'Azawad qu'il mettra tout en oeuvre pour la protéger et rappelle encore la necessité d'une gestion securitaire à la hauteur de la grave menace terroriste qui plane dans l'Azawad.

Kidal le 1er Janvier 2014

Mossa Ag Attaher

Chargé de communication

   

Attentat suicide à Kidal

Mouvement National de Libération de l’Azawad

°°°°°°°°°

MNLA

Unité – Liberté – Justice

Le samedi 14 Decembre 2013, vers 06 heures du matin GMT un violent attentat a frappé la Banque de Solidarité de Kidal.

Un vehicule piégé a explosé dans l’enceinte de la cour de la banque faisant des dégats humains et materiels considérables.

Le MNLA, très attristé par les pertes humaines enregistrées, condamne cet acte terroriste et rappelle une fois encore qu’il demeure urgent et capital de mettre en place un dispositif securitaire adequat au sein duquel toutes les parties jouent pleinement leur role et assument leur responsabilité pour la protection des personnes et de leurs biens dans la ville de Kidal.

Le MNLA condamne la terreur sous toutes ses formes et demeure convaincu que seule une prise en charge par les forces locales des questions securitaires viendra à bout de telles actions.

Kidal le 14 Decembre 2013

Mossa Ag Attaher

Chargé de communication

 


   

L'armée malienne ouvre le feu sur la population civile

Mouvement National de Libération de l’Azawad

°°°°°°°°°

MNLA

Unité – Liberté – Justice

 

L'armée malienne ouvre le feu sur la population civile

 

Aujourd'hui, l'armée malienne a ouvert le feu sur la manifestation des femmes et des adolescents de Kidal qui protestaient contre la venue du premier ministre malien dans l'Azawad. La sanglante répression perpétrée par les soldats maliens et leurs milices a tué une femme et a fait de nombreux blessés, dont trois femmes et deux enfants ont été très grièvement blessés.

Le MNLA considère que l'armée malienne vient de commettre un acte très grave d'hostilité envers le peuple de l'Azawad et averti la communauté internationale que la situation est désormais fortement préjudiciable à toute possibilité de règlement politique du conflit qui oppose l'Azawad au Mali, rendant, de fait, caduc les accords de Ouagadougou, violé à maintes reprises et dans quasiment tous ses termes par la partie malienne, y compris par la tenue d'un simulacre scrutin législatif.

Cette sanglante répression du peuple de l'Azawad par l'armée malienne et ses milices est d'autant plus grave qu'elle a été perpétrée en présence des forces onusiennes de la Minusma et de la force française Serval. Le MNLA condamne le laxisme des forces françaises et internationales quant aux agissements criminels de l'armée malienne et de ses milices qui se sont par ailleurs manifestés dès les premières heures de l'opération Serval, comme en témoignent les nombreux témoignages des ONG de défenses des droits humains sur les exactions et les exécutions sommaires commises par l'armée malienne et ses milices sur les populations civiles de l'Azawad.

Aussi, le MNLA prend acte de ce flagrant parti pris en faveur d'une armée criminelle qui martyrise une population et informe que ses forces armées se réservent le droit d'assurer la protection des populations civiles livrées à la haine de l'armée malienne, et ce quelle que soit la situation qui se présentera à lui. Par conséquent, le MNLA prendra les dispositions qui s'imposent face à la grave situation qui prévaut dans l'Azawad du fait que les forces internationales s'avèrent êtres dans l'incapacité de garantir la sécurité physique des citoyens azawadiens face à une armée de criminels qui sévit en toute impunité.

Par cet acte d'hostilité flagrante envers les populations civiles de l'Azawad qui manifestaient pacifiquement leur refus de la présence malienne sur le territoire de l'Azawad, l'armée malienne prouve encore une fois qu'elle ne peut user que du meurtre et de l'assassinat avec le peuple de l'Azawad, comme elle l'a toujours fait  depuis cinquante ans, quels que soient les accords de paix et de réconciliation maintes fois signés et jamais respectés.

Enfin, contrairement aux affirmations de la presse, le MNLA tiens à préciser à l'opinion internationale qu'il n'y a pas de candidats élus dans l'Azawad dans ce simulacre d'élections législatives et que ces prétendus élus ne seront jamais que les élus du parti qui les a inscrit sur ses listes afin de tromper l'opinion publique et ruiner les espoirs de liberté d'un peuple qui lutte depuis 50 ans. Le peuple de l'Azawad qui n'est pas concerné par ses élections a rejeté ce scrutin et l'a publiquement manifesté. Le peuple de l'Azawad veut sa liberté, il aura sa liberté aujourd'hui ou demain.

 

Kidal, le 28 novembre 2013

Mossa Ag Attaher,

Chargé de communication

   

Page 4 sur 54