Vendredi, Juillet 25, 2014

Mouvement National de Liberation de l'Azawad

Appel! l'armée malienne massacre tire à larme lourde sur la ville et la population de Kidal

Le Mouvement National de Libération de l'Azawad Informe l’opinion Nationale de l’Azawad et la communauté Internationale que tot ce matin l'armée malienne a ouvert le feu à l'arme lourde sur la ville de Kidal et sur les positions des mouvements de l'Azawad.

La coordination des mouvements de l'Azawad en résistance à Kidal prend à temoin la communauté Internationale de cette flagrante violation et informent qu'ils opposeront une légitime defense à cette flagrante agression.

Aujourd'hui le regime malien est est entrain de massacrer la population de Kidal, de la bombarder aux missiles et aux mortiers.

Les mouvements de l'Azawad tiennent à mettre la communauté internationale devant ses responsabilités pour mettre fin a ce massacre et à cette campagne d'extermination dont sont actuellement victimes les populations à Kidal.

Nous prenons à témoin particulièrement la MUNISMA et la force Serval qui ont été témoin de toute notre bonne volonté quand nous avons libéré sans condition les prisonniers de guerre pris sur le front de bataille et de notre acceptation de céder prochainement le gouvernorat afin qu'il mettent en evidence la mauvaise volonté du regime de Bamako.

Kidal le 21 Mai 2014

Mossa Ag Attaher

Chargé de communication

 

 

 

 

 

Cette campagne d'extermination et genocidaire

   

Communiqué conjoints des mouvements de l’Azawad

Communiqué conjoint des mouvements de l’Azawad

 

Les mouvements politico Militaires de l 'azawad portent à la connaissance l’opinion nationale de l’Azawad et l’opinion internationale qu'ils ont réagit en position de légitime défense lors des evenements survenus le 17 Mai 2014 à Kidal.

Les mouvements de l’Azawad réitèrent leurs entière disponibilité à l’action de la communauté internationale dans la recherché de l’apaisement de la situation qui a prévalu ces derniers jours à Kidal et qui risquait  de mettre dangereusement en cause le processus politique en cours pour la résolution durable du conflit.

Les mouvements de l azawad réaffirment leurs disponibilités à soutenir la démarche de la communauté internationale pour le retour au calme, à l’apaisement et à la relance du processus de paix.

Cependant les mouvements politico-militaires de l azawad tout en restant ouverts à la négociation rappellent qu'ils feront usage de légitime défense chaque fois que leurs positions seront attaquées.

 

KIDAL le 19 Mai 2014

Le MAA; Le HCUA; Le MNLA

   

Liberation des prisonniers de guerre arretés lors des combats du 17 Mai 2014 à Kidal

Libération des prisonniers de guerre arretés lors des combats du 17 Mai 2014 à Kidal

Le Mouvement National de Liberation de l’Azawad informe l’opinion Nationale de l’Azawad et l’opinion Internationale qu’en réponse aux appels pressants de la communauté Internationale notamment les USA, La France, l’ONU et les différents partenaires  du processus politique et en signe de notre bonne volonté et de notre disponibilité soutenue par notre  respect de la personne humaine, nous procédons ce jour 19 Mai 2014 à partir de 17h 30mn à Kidal à la libération et à la remise des prisonniers de guerre au Comité International de la Croix rouge et à la MINUSMA

Nous rappelons que tous les prisonniers ont été arretés sur le champ de bataille parmis lesquel des officiers de l’administration, des militaires et des paramilitaires.

Le Mouvement National de Liberation de l’Azawad demande à la communauté internationale d’entreprendre les demarches nécessaires auprès du gouvernement du Mali pour qu’à son tour il pose un acte de bonne volonté en procédant à la libération des personnes injustement detenues à Bamako.

Kidal le 19 Mai 2014

Mossa Ag Attaher

Chargé de communication

 

   

Déclaration de Monsieur Bilal Ag Acherif Secretaire général du MNLA President du CTEA

Déclaration de Monsieur Bilal Ag Acherif

Secretaire général du MNLA

President  du Conseil Transitoire de l’Etat de l ‘Azawad

Depuis la signature de l’accord de ouaga signé depuis un an  ns avons entièrement respecté nos engagements  sans qu’aucune volonté manifeste ne soit réelle de la part du gouvernement malien pour la mise en oeuvre des mesures de confiances, des garanties du cessez le feu et de son respect.

Nous avons été informé de l’arrivée du premier ministre malien par le biais de la MINUSMA et par souci de bonne volonté, nous n’avons pas émis d’objection à cette venue afin d’eviter les tensions déjà perceptibles sur place.

A la veille de l’arrivée du premier ministre malien l’armée malienne presente à Kidal a tiré à balles réelles en présence de la force serval et de la MUNISMA sur les populations civiles qui manifestaient pacifiquement .

La coïncidence entre la venue du premier ministre malien et la précipitation par laquelle les Forces Armées maliennes ont ouvert le feux aussi bien sur les sites de cantonnement que sur les bureaux du MNLA pose réellement des interrogations à un moment ou nous mettions tout en œuvre pour obtenir un calme relatif.

Au meme, nous avons lancé des appels à la force serval, à la MUNISMA au médiateur  pour que la situation n’explose et qu’ils demandent aux Force Armées Maliennes de mettre fin au feu nourri lancé sur nos positions pendant que nous intruisions a nos forces de ne pas répondre aux tirs des fama.

Nous nous sommes retrouvés sous le feu des fama visant nos bureaux  et nos camps cantonnés. C’est à ce moment que nous  nous sommes rendus compte que nous subissions le résultat d’un coup soigneusement monté derrière lequel se trouvent cachés les ennemis de la paix . L’objectif de ce coup était de combattre ceux qui veulent la paix ausii bien du coté malien que de notre coté.

Je rappelle que la plupart de nos blessés l’ont été avant meme qu’on riposte à l’attaque des Fama.

Nos forces  ont tenu à défendre leurs positions, opposer une legitime défense, repousser l’ennemi et assurer la protection de la populations civiles. C’est au cours de cette opération que nous avons pu déloger les assaillasnts de leur positions dont celle du gouvernorat qu’ils avaient errigé en Q.G militaire.

Les personnes actuellement détenues et constituées prisonniers de guerre ont été arrétées sur les lieux des combats. Elles seront protegées et traitées conformément aux droit régissant les prisonniers de guerre. Les prisonniers sont humainement traités conformément à nos tradition qui nous dictent de bien traiter les prisonniers.

Quant aux prisonniers civils nous sommes disposés à ce qu’ils rejoignent leurs famille sans délais.

Les personnes arretées blessées ont été remises au CICR et la MINUSMA.

Les morts abandonnés par les FAMA ont été retrouvés sur les lieux des combats.

Nous avons remis les personnes retrouvées mortes  à la MINUSMA dans le respect de la personne humaine car nous savons qu’elles sont des victimes de la même maniere que nous autres sommes victimes des mêmes ennemis de la paix.

Il me paraît important de faire comprendre que nous avons repris le gouvernorat entant que siege des forces qui nous attaquaient et non pour revenir sur nos engagement pris dans le cadre des mesures de confiance déjà concedées par notre mouvement.

Nous avons procedé à l’arret de notre avancée vers les autres positions ennemis des que que cela nous a été demandé par La communauté internationale. Nous avons répondu favorablement à tous les appels de la communauté internationale durant ces douloureux evenements.

Je condamne  les mensonges des autorités maliennes qui cherchent à nous assimiler aux terroristes, car nous avons donné toutes les preuves de notre combat contre le terrorisme. Nous rappelons que nous avons enregistré plus de victimes du terrorisme dans nos rang que l’armée malienne, de la meme manière que nous avons plus infligé des pertes au camp terroriste que les FAMA ne l’ont fait.

Nous lançons un appel à l’endroit des autorité du Mali pour qu’elles se ressaisissent et œuvre à la renormalisation de la situation car aujourd’hui il doit être du devoir de chaque partie de faire preuve de retenue pour aller vers une paix durable.

Au peuple malien, nous demandons de choisir la déclaration de paix et non celle de la guerre prônée par le gouvernement du Mali.

Je reaffirme notre entièrement disponibilité à répondre  favorablement à toute initiative pour la renormalisation de la situation en vu de ramener le processus politique sur la voie d’un règlement pacifique ; c’est notre voie.

Nul doute que les déclarations de guerre des autorités maliennes sont inapropriées dans le contexte actuel et ne sauraient être une solution ; de même que nous condamnons la multiplication de leurs effectifs et de leur arsenal millitaire dans la zone du conflit.

Nous sommes disponibles à tout mettre en œuvre pour la gestion des conséquences nées des evenements du 17 Mai  et au delà asseoir avec toutes les parties les mécanismes nécessaire pour qu’ils ne se reproduisent plus et prévenir désormais tout débordement.

Nous lançons un appel à une conjugaison d’efforts de toutes les parties : les partenaires, les voisins, la communauté internationale afin de parvenir à une accalmie durable.

Nous tendons la main au dialogue afin de parvenir à une solution qui mette fin aux souffrances de toutes les parties.

Kidal le 19 Mai 2014

Biala Ag Acherif

Secretaire général du MNLA

President  du Conseil Transitoire de l’Etat de l ‘Azawad ( CTEA )

   

Page 5 sur 60