Jeudi, Avril 24, 2014

Mouvement National de Liberation de l'Azawad

Communiqué relatif au Gouvernorat de Kidal et à la Radio Azawad

Mouvement National de Libération de l’Azawad

°°°°°°°°°

MNLA

Unité – Liberté – Justice

 

Communiqué relatif au Gouvernorat de Kidal et à la Radio Azawad

 

Suite aux échanges du  MNLA avec  le représentant des Nations unies, M. Bert Koenders, chef de la Minusma au Mali, la CEDEAO, l’Union africaine et l'union européenne ;

Et conformément aux engagements pris par le MNLA dans le cadre de l’Accord préliminaire à l’élection présidentielle et aux négociations de paix de Ouagadougou ;

Le MNLA informe l’opinion nationale et internationale qu’il s’est engagé à quitter le Gouvernorat et la Radio de Kidal le 14 novembre 2013, selon les termes de l’accord cadre signés, sous l’égide de la communauté internationale, par le MNLA en juin 2013 à Ouagadougou.

Le MNLA tient à préciser à l’opinion nationale azawadienne qu’il s’est battu jusqu’au bout pour que la volonté du peuple de l’Azawad, explicitement exprimée à mainte reprise, soit respectée mais aucune autre alternative n’a été laissé par la communauté internationale en dehors d’un conflit ouvert et frontal avec l’ensemble des forces en présence. Or, au regard des graves et douloureuses épreuves auquel est confronté le vaillant peuple de l’Azawad, le MNLA a estimé qu’il n’était pas dans l’intérêt de la population de subir les affres d’une guerre disproportionnée.

Le MNLA assure le peuple azawadien qu’il continuera à lutter pour arracher la reconnaissance des droits légitimes du peuple de l’Azawad. Le retrait des troupes du MNLA  positionnés au Gouvernorat  et à la radio azawadienne ne constituent ni un renoncement, ni une trahison à l’idéal de liberté du peuple de l'Azawad. La décision a été mûrement réfléchie et vise à éviter une escalade dans les souffrances que le vaillant peuple de l’Azawad n’a déjà que trop enduré.

Enfin, le MNLA rappelle toutes les parties engagées dans la résolution du conflit et l’établissement de la paix et de la sécurité dans l’Azawad et au Mali, à veiller à ce que le cessez-le-feu, signé dans le cadre de l’accord de Ouagadougou, et par ailleurs garanti par la communauté internationale, soit, dans tous ses termes, rigoureusement respecté.

 

Kidal, le 09 novembre 2013

Mossa Ag Attaher

Chargé de communication

   

Exécution sommaire et violation du cessez le feu par l’armée malienne

Mouvement National de Libération de l’Azawad

°°°°°°°°°

MNLA

Unité – Liberté – Justice


Exécution sommaire et violation du cessez le feu par l’armée malienne

Le MNLA porte à la connaissance de l'opinion nationale de l'Azawad et de la communauté internationale que dans la matinée de Vendredi 8 Novembre 2013, une colonne de l'armée malienne a procédé à l'arrestation, la séquestration puis l'exécution de plusieurs civils dans la zone de Menaka à Ghezraghen.

Les personnes arrêtées ligotées et ensuite exécutées à GHEZRAGHEN par l’armée malienne sont:

Guidi AG ABROGH: exécuté

Arachid AG MAHINE: executé

Idrissa AG MAHAMADINE: exécuté

Borjad AG ATTIYOUB: torturé et grièvement blessé

MOSSA AG ALBAHRI: torturé et grièvement blessé

Adahmed AG IBRAHIM torturé et grievement blessé

Le Mouvement national de Libération de l'Azawad présente ses condoléances aux famille des victimes et les assure de sa détermination à continuer à se battre pour l'intérêt supérieur du peuple de l'Azawad et de ses digne filles et fils. Aucune barbarie ne viendra à bout de notre détermination.

Par cet acte barbare, ignoble et répété, l'armée malienne prouve toute sa determination à faire de la barbarie, le viol et l'assassinat des innocents son arme quotidienne.

Le MNLA condamne fermement cette barbarie et informe la MINUSMA, Le conseil de sécurité des Nations Unies, la CEDEAO et l'UA que sa patience a des limites et les informe qu'il répondra coup par coup à toute attaque contre les populations civiles de l'Azawad comme à celle de ses positions.

Kidal le 8 Novembre 2013

Mossa Ag Attaher

Chargé de communication

   

Gouvernorat de Kidal et arrangements sécuritaires

Mouvement National de Libération de l’Azawad

°°°°°°°°°

MNLA

Unité – Liberté – Justice


Gouvernorat de Kidal et arrangements sécuritaires


Le Mouvement National de Libération de l'Azawad, convaincu que la question du gouvernorat de kidal ne doit aucunement être un prétexte de blocage de la part d'aucune des parties engagées dans le processus global de paix actuellement en cours, informe l'opinion nationale de l'Azawad et la communauté internationale qu'il est résolument déterminé à y trouver rapidement une solution dans le cadre des arrangements sécuritaires prévus en la matière conformément à l'accord-cadre de Ouagadougou de Juin 2013.

Nous invitons l'ensemble des parties engagées sur le terrain ( Mouvements, MINUSMA, SERVAL, FAMA) à unir leurs efforts afin de remédier le plus rapidement possible aux failles sécuritaires sur l'ensemble du territoire de l'Azawad, particulièrement à Kidal.

Le MNLA invite toutes les parties à oeuvrer à la poursuite du processus de négociation et privilégier l'option du dialogue politique comme seule solution durable au conflit qui oppose l'Azawad au gouvernement du Mali.

Le MNLA réaffirme son entière disponibilité à continuer le dialogue avec les autorités du Mali sous l'égide de la médiation de la CEDEAO et de la communauté internationale.

 

Kidal le 06 Novembre 2013

Mossa Ag Attaher

Chargé de communication

   

Execution de deux journalistes français à Kidal

Mouvement National de Libération de l’Azawad

°°°°°°°°°

MNLA

Unité – Liberté – Justice

 

Execution de deux journalistes français à Kidal

 

 

Les organisations terroristes qui ont pris en otage le peuple de l'Azawad et mené les plus meurtrières attaques contre le MNLA viennent de récidiver à Kidal en enlevant et en exécutant deux journalistes de RFI alors qu'ils s'apprêtaient à rendre visite à un responsable du MNLA dans le cadre d'un reportage sur la situation politique dans l'Azawad.


Les terroristes récidivent de la manière la plus abjecte qui soit en exécutant deux civils et prouvent encore une fois que les terroristes ne sauraient en aucune façon être des interlocuteurs ni des partenaires pour l'établissement d'une quelconque paix, ni dans l'Azawad, ni au Mali, ni au Sahel, ni nulle part ailleurs dans le monde, d'où la nécessité absolue de combattre le terrorisme  qui n'est que l'expression du fanatisme sous toutes ses formes.


C'est avec la plus grande fermeté que le MNLA condamne l'exécution des deux journalistes qui s'apprêtaient, en cette période trouble, à donner la parole à un responsable du MNLA.


En ces douloureuses circonstances, le MNLA présente ses plus sincères condoléances et assure de son total soutien les familles des deux journalistes, leurs collègues, ainsi que la rédaction de Radio France Internationale. Le MNLA se solidarise avec le peuple français et réaffirme son engagement ferme et entier à poursuivre le combat contre l’extrémisme et le terrorisme sous toutes ses formes.


 

Kidal le 02 Novembre 2013


Mossa Ag Attaher


Chargé de communication



   

Page 6 sur 54